mardi 30 septembre 2008

Il est reviendu !

Mais oui, mais oui : K3vin is back ! Et avec tout plein de croquis pour notre petite Draculina ^^ C'est un projet BD à rebondissements, qui est passé entre plusieurs mains, mais je crois que la miss dentue a vraiment trouvé son stylo !


Pour le pitch, le voilou :

Tim, en bon ado qui se respecte, traîne les pieds pour accompagner ses parents en vacances. D’autant plus que ces derniers ont choisi cette année d’aller dans un trou paumé quelque part en Roumanie. Pourtant, le château communal recèle une drôle de surprise : une copine à grandes dents qui va réussir à pimenter ces vacances… Et quand deux promoteurs immobilier décident de faire du château un centre touristique, (« Dracula Land », le parc d’attractions qui vous fera claquer des dents ! Un cocktail de sang frais offert pour chaque entrée) les choses deviennent vraiment intéressantes…
... enfin j’espère ;-)

V... comme Vélo.

Vélo est une abréviation de vélocipède qui signifie textuellement « au pied rapide ». On a en effet associé velox, velocis (rapide) et pes, pedis (pied).

Pour voir l'image en plus grand, pédalez vite chez Gwendoulash...

lundi 29 septembre 2008

V... comme Vite vite !


Non non ce n'est pas le mot de demain en avance, mais vite vite quand même : je réquisitionne vos ondes positives illico presto pour Caroline qui ce soir est à la maternité ! Et vu que dès demain il y aura une nouvelle petite demoiselle parmi nous, vite vite on retrousse ses manches, on dépoussière sa baguette, on répète ses voeux et on se prépare à lui souhaiter tout un tas de trucs chouettes à cette petite pitchoune ^^

En attendant, si vous voulez admirer le gros bidon et l'ombre d'une écho, c'est par !

U... comme Utopie.


Je reste dans ma lancée, il y aurait tant à dire ^^ Donc : le mot utopie est le titre d'un roman du 16e siècle de Thomas More : Utopia, qui prend son nom de l'île où se déroule l'action. Mais u-topia c'est surtout étymologiquement le "non-lieu" : le lieu qui n'existe pas, l'espace de l'imaginaire, celui de tous les possibles... C'est exactement sur le même principe que Peter Pan habite à Neverland. Ce qu'on sait moins, c'est que More a quelque fois publié son livre sous le nom d'eutopia, le "bon-lieu", eu- signifiant bon comme dans "euphorie"... On ne sait pas bien vers où penchait son coeur, mais la postérité a tranché en faveur du mot utopie, moins logique mais plus suggestif.

dimanche 28 septembre 2008

Tina avance !

Et vite même ! Il faut dire qu'elle a de belles chaussures... 1, 2, 3 les voilà :


L'image n'est pas vraiment prête, mais je trouve qu'elle a déjà un sacré caractère... Bref, un gros merci à Lydie dont je suis plus que jamais fan ^^

vendredi 26 septembre 2008

T... comme Talent.


Le talent était au début une simple monnaie. Le glissement de sens vient d'une parabole biblique : un maître donne à ses serviteurs des talents (= des pièces sonnantes et trébuchantes) et les laisse se débrouiller avec. Quand il revient un an plus tard, deux ont fait fructifier leur talent en l'investissant, et un l'a enterré afin de le protéger. Le maître félicite les deux premiers et se moque du frileux avec son bas de laine. Hé oui, Dieu était capitaliste. Du coup, l'idée est restée du talent comme un cadeau qu'on utilise ou non...Le mot don, de la même manière, vient de donner et a encore le double sens.

jeudi 25 septembre 2008

Impressionnant, nan ?

Je suis en train de potasser mon cours de demain, et je voulais vous faire partager cette "petite" perle (la métaphore était trop tentante ^^) :



C'est, ou plutôt, ç'aurait pu être un cénotaphe (c'est-à-dire un tombeau pour du faux) à Newton, et c'est Etienne-Louis Boullée, architecte fou du siècle des Lumières, qui l'a imaginé... Si vous voulez en savoir plus sur le monsieur, direction la BNF ici, et si ce sont les constructions utopiques qui vous intéressent, direction la BNF par .

S... comme Sosie.

Sosie est à l'origine un nom propre. C'est même précisément le nom du serviteur du roi Amphitryon dans la mythologie grecque. Jupiter ayant des vues sur Alcmène, la femme d'Amphitryon, il prend l'apparence de celui-ci pour lui emprunter la dame pendant une nuit. (Notez d'ailleurs que l'expression "être un Amphitryon" signifie aujourd'hui "être un hôte généreux"... même la linguistique se fout de sa gueule le pauvre !) Bref, Mercure, messager des dieux, accompagne son patron à la sauterie et va pour compléter la tromperie prendre l'apparence du serviteur d'Amphitryon : Sosie. Résultat des courses : Sosie est passé dans le langage courant et la dame s'est retrouvée enceinte de deux jumeaux qui pour le coup ne se ressemblaient pas du tout : le petit Iphiclès, fils d'Amphitryon-Tartempion, et le grand Hercule allias Jupiter Jr. On ignore cependant ce que sont devenues Madame Sosie et ses ovaires... à moins que...

Voici l'interprétation Gwendoulashienne du jour :


Si vous y ajoutez l'idée que Mercure incarne le principe premier en alchimie, moi je dis les faits sont clairs : Cloclo est le fils de Raël ^^


mercredi 24 septembre 2008

R... comme RN1, RN2, RN3, RNetc.

C'est en 1811 qu'on décide de nommer les 13 principales routes de France partant de Paris. On les numérote donc dans le sens d'une aiguille d'une montre de la RN1 qui va vers Lille jusqu'à la RN13 qui va vers Caen et Cherbourg. Les autoroutes plus tard suivront cette même logique.

Merci à Gwendoulash, la maître de chantier :-)

mardi 23 septembre 2008

En terre d'Afrique...

Je suis en train de réfléchir à une sorte de petit conte musical... Je vous en mets une partie ici ce soir, j'espère vous apporter rapidement d'autres morceaux ^^


En terre d'Afrique
Cric-crac
Il s'est passé un drôle de truc
Comme un gros hic
Comme un gros couac
Qui grince encore dans les mémoires.

Essayez d'imaginer
Qu'il n'y a pas si longtemps
On a voulu échanger
Des objets contre des gens :

Un papa contre un collier
Ou une maman pour un bracelet

Avancez !
Avancez !

Un papa pour du tissus
Ou une maman pour des chaussures

Avancez !
Avancez !

Les papas,
Les mamans...

Et les enfants ?
Ils restent là.

Les papas, les mamans,
Embarquez c'est obligé !
Pour aller travailler
De l'autre côté de l'océan,

Avancez !
Avancez !

Coincés comme des animaux,
Tout au fond du bateau.

Les papas, les mamans,
Tous serrés, c'est obligé,
Pour aller travailler
De l'autre côté de l'océan.

En terre d'Afrique
Cric-crac
Il s'est passé un drôle de truc
Comme un gros hic
Comme un gros couac
Qui grince encore dans les mémoires.


Comme toujours, vos avis sont les bienvenus !

Q... comme Quartier.


Quand les Romains voulaient se construire une nouvelle ville, ils commençaient par en déterminer le centre puis traçaient deux routes perpendiculaires : une qui allait du Nord au Sud (le cardo) et l'autre qui allait de l'Est à l'Ouest (le décumanus). On obtenait ainsi très logiquement 4 quartiers... Au passage (c'est le cas de le dire ^^) notons que c'est du mot cardo (axe) que vient l'expression points cardinaux. Décidément, tous les mots mènent à Rome...

Le tableau, cette fois, est de Nicolas de Staël, et il s'appelle
Les Toits.

lundi 22 septembre 2008

P... comme Penser.


Penser et peser sont à l'origine le même mot latin pensare... Penser consistant en effet à peser des éléments dans son esprit (3kg de pour contre 2,8kg de contre > ok je me marie). Tout est clacul donc... De la même manière compter et conter ont la même étymologie computare : à l'époque de l'épopée, raconter les aventures d'Ulysse, ou d'Arthur c'était avant tout énumérer leurs aventures ! Ce n'est qu'au 16e siècle qu'on différencie les deux orthographes, et encore, il reste une exception, ou plutôt un mot borderline : la comptine.

Et sur ce, bon lundi à tous ^^

vendredi 19 septembre 2008

O... comme On.


Le pronom on est une forme écrasée de hominem, l'homme. « On s'en fout », c'est en fait « homme s'en fout ». C'est d'ailleurs pour cette raison qu'on peut le trouver avec l'article l', si l'on veut. Dans la langue français, il peut remplacer à peu près toutes les personnes : nous-même « On y va ? », l'Homme en général « On a toujours besoin d'un plus petit que soi.», le parfait inconnu « On frappe à la porte », voire le parfait enculé « On a volé ma voiture ». Enfin, vu que la moitié des hommes sont de femmes, ça devient compliqué quand il s'agit d'accorder adjectifs ou participes... Hein les filles, qu'on aime bien être des chieuses ?

Houla, deux gros mots, ça sent la relâche du week-end... à moins que ce ne soit mon côté cromagnon, croqué par Gwenaëlle, qui resorte ;-)

jeudi 18 septembre 2008

N... comme Napoléon.


Tout le monde connaît ce célébrissime tableau de Napoléon par David... C'est THE image de propagande, celle qui a fait le tour de l'Europe, qu'on a reproduit sur les carafes de bonne famille, sur les tabatières des bourgeois moustachus, sur les petites culottes des copines de Joséphine... On y voit le grand homme traverser les Alpes sur les pas d'Hannibal (qui a d'ailleurs laissé un graffiti sur la pierre). Hé bien, dans l'Histoire, la vraie, Napoléon était à dos d'âne... A dada sur son bidet, en quelque sorte. Moins classe, mais plus pratique pour grimper sur les caillasses.

mercredi 17 septembre 2008

Ostéochondrite primitive de la hanche...

Il y a un an nous passions la nuit sur internet pour tenter de comprendre ces quelques syllabes qui nous tombaient dessus sans prévenir... Il y a un an, on se préparait aux pires épreuves : le CHU pour commencer, le centre qu'on nous annonçait inévitable, la machine barbare pleine de poulies, l'immobilité imposée à un petit bonhomme de 6 ans, l'entrée au CP qu'il faudrait recommencer...

Et au bilan ?

On a passé une année étrange mais non dénuée de charme... Un hiver serrés ensemble au coin du feu, un printemps où tout avait le goût de la nouveauté, et un été qui nous a paru empli de libertés.

Cela ne s'est pas fait tout seul, évidemment : il a fallu un docteur génial qui a su nous faire confiance et nous laisser notre petit bout, trois super kinés qui se relayaient deux fois par jour, une instit d'enfer qui avec 4 heures par semaine a bouclé le programme dès janvier... Et puis tous les autres évidemment : les copains d'école qui venaient très très souvent (quelque fois même en classe entière!), et puis la famille : i nonni, la mamie, les tatas... Bref, pour tous ces gens qui ont su être présents au moment où nous ne pouvions pas l'être, un gros MERCI ! (Décidément, c'est bien le mot du jour ;-)

Et cette année, c'est à vélo que Sasha est retourné à l'école, avec tous ses copains, au CE1. Happy end, quoi ^^

M... comme Merci ^^

Merci est de la même famille que Mercenaire ou Mercerie, l'idée de base commune étant celle d'une marchandise, d'un salaire, de quelque chose que l'on troque. Merci était en effet à l'origine une sorte de contre-don symbolique. Tu me donnes un truc, et moi je te donne un merci, autrement dit : je te re-mercie, je te mercie en retour...

mardi 16 septembre 2008

Au clair de la plume...


Et hop hop hop, on ne se laisse pas déborder par la rentrée et on se lance dans un nouveau projet ! Non mais.

Pour le format, ce serait une petite BD muette que les tout petits pourraient lire sans les déjà grands. Pour l'histoire ce serait celle d'un petit garçon un peu Pierrot qui aime bien qu'on s'occupe de lui... Sauf que voilà : sa maman a un bidon drôlement rond qui non seulement prend toujours plus d'espace, mais aussi toujours plus de temps. Alors, pour s'amuser, notre petit bonhomme va se trouver un copain de papier qui lui ressemble beaucoup... Peut-être même un peu trop...

Merci à Caroline qui veut bien donner vie à ce petit garon, en même temps qu'à sa petite fille prévue pour très bientôt ! Allez vite voir son book, parce que vraiment c'était un déchirement de choisir UNE image tellement il y en a de belles ^^

L... comme Lundi, Mardi, etc.

Lundi, c'est le « lune-di », le jour de la lune. Mardi, le "mars-di", celui de Mars. Mercredi, celui de Mercure, Jeudi, le jour de Jupiter (Giove-di en italien), Vendredi, celui de la vénérée Vénus, Samedi le jour de Saturne (Satur-day), et le Dimanche, le jour des manches ? Non non. Dimanche vient du latin Dominicus signifiant "qui appartient au maître", c'est donc tout bêtement le jour du seigneur... et des patates au beurre ^^


La lune du matin et le hibou insomniaque sont de Gwendoulash... Vous l'aurez reconnue.

lundi 15 septembre 2008

K... comme Ketchup.


Les mots en K ne sont a priori pas français... Ansi, si vous croisez un kangourou habillé d'un kimono avec un képi et armé d'un appareil photo (Kodak naturellement) il y a toutes les chances pour que ce soit un touriste. Certains mots, même, ont traversé plusieurs continents avent de nous arriver. C'est le cas de Ketchup, mot anglais à accent amerloque mais qui est issu en réalité du chinois koe chiap « saumure de poisson ».

Si vous voulez toute l'histoire en images, c'est chez Gwendoulash qu'il faut cliquer ^^

vendredi 12 septembre 2008

J... comme Jarnicoton !


Jarnicoton signifie « Je renie Coton » et il est construit sur le modèle de jarnidieu : « je renie Dieu ». Coton était en fait le confesseur de Henri IV qui avait demander qu’on le renie, lui l’évêque, plutôt que de renier Dieu. Sympa, non ?

Henri IV qui jarnicotte, c'est Gwendoulash... Merci ^^

jeudi 11 septembre 2008

I... comme Impératif.

Allez aujourd’hui je vous offre une petite règle orthographique toute simple : TOUS les verbes du 1er groupe font leur impératif en –e, et TOUS les autres verbes font leur impératif en –s. « Chante ! » ou « Tais-toi ! ». Facile... Ou presque. Il y a juste une toute petite exception, suffisamment absurde pour causer un bordel monumental dans les esprits : quand on entend un « -s » parce qu'il y a un pronom juste après. Par exemple : « Va en Amérique ! » mais « Vas-y ». Ce –s ne devrait pas exister puisque le verbe aller appartient au 1er groupe, mais vu que « Va-y » c'était trop dur à prononcer, on a inventé une faute de conjugaison légale. Portnawak.


Et en allant sur le site de Gwenaëlle, vous trouverez également le portrait de Mme la chieuse ^^

mercredi 10 septembre 2008

Tout frais, tout fin !

A y est ! La première image de Célia est arrivée ! C'est pour un projet dont je ne crois pas vous avoir encore parlé : De fil en aiguille, l'histoire d'une petite mamie qui tricote, tricote, tricote...


Célia me fait préciser que ce n'est pas du tout terminé, qu'il y a plein de trucs à retoucher, etc., etc., mais moi je trouve que c'est juste super ravissant ^^

Et, tant qu'on y est, je vous mets le début :

Ma mamie à moi est vraiment extraordinaire,
Maille à l'endroit, maille à l'envers,

Elle nous tricote des pull-overs,
Maille à l'endroit, maille à l'envers,

Aux mille couleurs de l'arc-en-ciel,
Maille à l'endroit, maille à l'envers,

...

H... comme Haut les cœurs !


A ne pas confondre avec le haut-le-cœur qui concerne uniquement l’estomac, l’expression haut les cœurs est une traduction du latin Sursum corda que l’on retrouve dans la messe par « Élevez vos cœurs ». Au Moyen-Age le mot « cuer » signifie le « cœur », siège des sentiments, mais aussi le « courage », siège de l’honneur. C’est à lui que fait appel Don Diègue, le papa du Cid, dans la célèbre réplique « Rodrigue, as-tu du cœur ? » qu'on pourrait modernement traduire par « T'as des tripes, mon gars ? » … Vi, c'est moins classe, mais au fond, c'est rien que des histoires d'estomac tout ça^^


Gwenaëlle, j'adore !

mardi 9 septembre 2008

Au bord de la route...

En préparant mes cours, je suis tombée sur ce Goya :


... c'est chouette comme la beauté c'est quand même pas grand chose des fois ^^

Et sur cette pensée philosophico-profonde, dodo ! Y en a qui se lèvent tôt pour vous révéler les secrets de notre wonderlangue ;-)

G... comme Groënland.

Le Groënland, étymologiquement, c'est "le pays vert"… Hé oui, les climats pour évoluer n’ont pas attendu l’invention des déo à aérosol ! D’ailleurs, saviez-vous qu’ozone vient du grec savant ozein qui signifie « exhaler une odeur » ? Joli paradoxe que tous ces déo qui préservent la couche d’ozone...

lundi 8 septembre 2008

F... comme Flûte de Pan.


Pan est un dieu à l’apparence de satyre ( un peu satire aussi d’ailleurs) qui tomba fou amoureux de la belle Syrinx, nymphe de son état. Pan, brûlant de prouver à Syrinx l’ardeur de son amour, la pourchasse. Syrinx, soucieuse d’éviter le viol qui l’attend, le fuit. Notez que le mot « panique » vient de Pan, plus précisément : on attribuait à Pan les bruits effrayants qui traversaient la campagne. Bref, vous comprendrez le légitime soulagement de Syrinx quand ses sœurs nymphes la transforment en roseaux. Enfin elle va avoir la paix ! Hé bien pas du tout : le dieu la taillade et invente la flûte de Pan..

P.S : Pour le dieu en zizi, vous aurez reconnu la patte de Gwenaëlle ! Merci beaucoup ^^

dimanche 7 septembre 2008

Projet cherchant son illustrateur !

Bonjour à toutes et tous ^^

Voici un petit projet écrit il y a quelques mois et que j'aimerais bien lancer aujourd'hui. C'est un texte écrit en collaboration avec ma sœur instit, prévu tout pile pour un public "petite section de maternelle". Il faudrait donc que le pitchoun puisse repérer les jeux d'échelles.

Sinon, sur le plan graphique, j'aimerais bien un truc avec de la matière : collage, grattage, bricolage, gravurage, etcrage.

Grand, Moyen et Petit

C’est l’histoire de trois amis :
Grand, Moyen et Petit.

Le premier, Petit,
Est vraiment tout riquiqui,

Moyen, quant à lui,
N’est ni géant, ni mini.

Grand en revanche,
Est immense évidemment.

Dans cette histoire il y a aussi
Les trois maisons des trois amis :
Une grande, une moyenne et une petite.

Mais ce n’est pas ce que tu crois,
Non non non, écoute-moi…

Petit vit dans la grande maison
Avec ses hauts plafonds,
Et ses divans profonds,
Des fois,
Il se sent un peu roi.

...


Voilou un bout, si le projet vous tente, contactez-moi !

vendredi 5 septembre 2008

E... comme Eurêka !

Eurêka, l’interjection suprême, celle qui marque l’Invention avec un grand I, l’empreinte du génie qui s’apprête à remodeler l’humanité, la formule qui consacre l’homme dans sa part divine, Eurêka donc… Ben, c’est juste « j’ai trouvé » en grec. Rien de plus & rien de moins.

Le gris made in Normandy...

J'avais envie de sortir du placard cette petite histoire, écrite il y a quelque temps :

C’est une histoire en noir et blanc,
Une histoire d’il y a longtemps.
Elle se passe en Normandie,
Là où le ciel pleure sa pluie.

Elle y vivait depuis toujours,
Avec son père, avec sa mère.
Il était arrivé un jour,
Avec la mer, pour faire la guerre.

Il était jeune, elle était belle,
Et sous les teintes perlées du ciel,
Comme ils se sont aimés,
Le soldat noir, la fille de lait !

C’est une histoire d’il y a longtemps,
Une histoire en noir, blanc, gris,
Car ce jour-là, en Normandie,
Est né un tout petit enfant.

C'est une histoire un petit peu vraie et un petit peu volée à ma copine Lilie... J'espère qu'elle ne m'en voudra pas ;-)

jeudi 4 septembre 2008

D... comme Dé.

se disait en latin alea. On le trouve dans l'expression bien connue alea jacta est, "les dés sont jetés" qui donnera l'adjectif aléatoire et le substantif les aléas. De l’autre côté de la Méditerranée, le mot hasard suit le même cheminement puisqu'à l'origine l’az-zar en arabe est un jeu de dés...

mercredi 3 septembre 2008

C... comme Charles.

Mais pourquoi y a-t-il un -s à Charles ? Ce matin encore, devant votre café, vous vous le demandiez... Hé bien, le français médiéval a longtemps gardé un reste des déclinaisons latines. Pour les mots masculins il s'agissait de mettre un -s au cas sujet au singulier et aux autres cas au pluriel. Bien entendu, il était prononcé... On avait donc :

Charlesss mange la souris.
(Les) Charle mangent les souris.
La souris mange Charle.
Les souris mangent (des) Charlesss.

Les prénoms étant surtout utilisés au cas sujet (notamment pour appeler : "Charlesss, finis ta souris !"), on a gardé la forme avec un s au singulier. Mais les autres mots étant au contraire moins utilisés en sujet, le -s est devenu en français moderne la marque du pluriel…

mardi 2 septembre 2008

Anno^0^once !


Emma le Clown passe tout près d'ici, au Théâtre d'Hérouville, pour nous psychadéliquer la tête... Ce sera forcément super chouette parce que c'est une copine d'Anne Sylvestre. Si. Farpaitement.



C'est le 22 septembre (On sait que tu t'en fous, Georges ;-) à 20 h et c'est entrée libre... Alors, pas d'excuse !

B... comme Braguette.

Braguette est l'un des très rares mots issus du Gaulois (*braca). Les Romains en débarquant avec leurs beaux yeux bruns et leurs jolis égouts ont à ce point séduit nos ancêtres qu'ils en ont totalement renoncé à leur propre langue. Il ne reste qu'un petit résidu de 80 mots, pour l'essentiel des termes techniques d'agriculture.

lundi 1 septembre 2008

Quels beaux métiers que les miens ^^

Au bilan de la journée : une pré-rentrée aux petits-fours exquis, et de nouveau de belles images envoyées par Lydie ! Pour les gâteaux, il vaut mieux que je me les garde, vous me croirez sur parole, mais pour les illus, je veux bien partager... En voilà une :


Et voilà la deuz :


C'est beau, non ?

A... comme Album.

Le mot Album nous arrive tout droit du Latin où il signifie "Blanc". Un album, c'est en effet à l'origine un espace blanc servant à marquer des trucs. Il est ainsi cousin germain de l’aube qui blanchit la campagne, et de l’aube non moins blanche que revêt le communiant, ainsi que de l’albumine, nom classieux du blanc d’oeuf.



Un 1er mot tout simple pour commencer... Et zou, à l"école !