Pages

mardi 11 février 2014

C'était hier.


Lundi 10 février. Ma Princesse qui n'aimait pas les princes se prenait quelques tomates sur Europe 1, un rapide passage sur Canal + et puis, surtout, cette demande d'interdiction en biblitothèques...


Je ne viens pas pour la défendre. Du haut de ses 4 ans de papier, elle est bien assez grande. Je pourrais à la limite m'étonner que cette blonde princesse toute de rose vêtue et sa fée en talons hauts heurtent les stéréotypes féminins, mais ce ne serait pas complètement honnête de ma part.


Je ne viens pas non plus défendre mon droit d'écrire sur ce que je veux comme je le veux... Par bonheur mes éditeurs ne le remettent pas en cause et l'avis de M. Copé sur la question m'importe peu. J'écris pour mes lecteurs, et non pour mes non-lecteurs, ce qui serait un peu con, convenons-en.

Je ne viens pas cependant condamner ces non-lecteurs. Tous ces parents qui ne veulent pas de "ce genre de lecture" pour leurs enfants. Chacun essaye de transmettre ses valeurs à ses enfants, ce qu'il a de plus précieux, de plus important... et que ces valeurs ne soient pas les mêmes que les miennes est, je trouve, plutôt une bonne nouvelle. C'est le signe d'une démocratie plurielle. Perso, j'ai écrit La Princesse qui n'aimait pas les princes pour ouvrir le dialogue, entre gens qui ont envie de s'écouter, de se comprendre. Pour se taper dessus, je conseille plutôt l'annuaire téléphonique. Bien épais et imprimé avec l'argent public, ce serait bête de se gêner.

 Non, si je viens aujourd'hui c'est parce qu'il y a un droit fondamental qui est menacé, LE droit, peut-être même : celui d'avoir le CHOIX (C'est pas lui qu'on appelle Liberté ? Si un philosopheux veut bien confirmer...). Parce que moi aussi, forcément, j'élèves mes enfants dans mes idéaux -je n'ose pas parler d'idéologie, le bordel qui est dans ma tête n'est pas assez cohérent pour ça-, n'empêche j'ai forcément une petite idée de ce qui pourrait être pour eux une vie réussie. Mais ce schéma-là est le mien, il leur en faut d'autres pour choisir, et ces divers sons de cloches, c'est à la bibliothèque qu'ils résonnent. Alors non, on n'enlève rien... Ni ma Princesse, ni Petit Ours Brun et son papa qui lit le journal pendant que maman fait la vaisselle, ni Dora et ses exercices d'éducation pavlovienne, ni Tintin et ses propos racisto-mysogynes, ni les manuels de management qui enseignent à devenir les maîtres de l'univers, ni la Bible d'où s'élèvent les cathédrales, ni le Coran et le frisson de ses chants, ni Mein Kampf, ni Le Petit Livre Rouge, parce qu'ils font partie, eux aussi, de notre Histoire, celle avec la grande hache comme disait l'ami Perec, qu'on n'enlèvera pas non plus, évidemment. Rien. On n'ôte rien. On prend l'humain dans son entier, et c'est dans ce vaste fatras que mes enfants, vos enfants, leurs enfants, trouveront leur propre chemin d'humanité.

Voilà. C'était juste pour dire ça. Et pour l'anecdote, hier c'était aussi mon anniversaire. 35 ans. 35 ans de belle liberté et de choix assumés. Dieu, l'État, ou qui que ce soit, faites que ce même petit vent porte mes enfants dans 35 ans.

Parce que c'était hier, mais qu'en vrai c'est pour demain. Des bises les humains ;-)


18 commentaires:

Clémentine Beauvais a dit…

Merci Alice et encore une fois, ce livre est fabuleux - merci de l'avoir fait exister.

Mymi Doinet a dit…

Juste un grand merci Alice !

Sardine a dit…

Merci Alice et moi aussi, je le veux ce petit vent de liberté pour mes enfants... parce que là, ça commence à me faire sérieusement peur...

Anne Loyer a dit…

Merci pour ces mots-là !

leila a dit…

Un grand grand merci pour ces mots qui font du bien !!!

roxy a dit…

Heureusement que ces livres existent.
Merci Alice.

Hélène a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Hélène Rice a dit…

Voilà, tout est dit avec sérieux et humour. Merci Alice, on ne peut qu'être d'accord, admirer ton sang froid et ton sens de la pédagogie au cœur du cyclone crasseux de l'intolérance revendiquée comme droit.

Valérie a dit…

J'ai acheté ce livre dès sa parution et je voulais te dire que je l'aime beaucoup et que je le trouve en plus sacrément drôle ! J'ai aussi vu ce que certains en disaient...
Est-ce que les livres sur la mort poussent au suicide ? Est-ce que les livres policiers poussent à trucider son voisin ? N'importe quoi ! Il ne faut vraiment voir le monde qu'en noir et blanc et rose et bleu pour avoir des pensées aussi simplistes. Ton livre parle de choses qui existent que certains le veulent ou non : est-ce un tord d'écrire sur la réalité ? Et puis comme tous français, ils ont la chance de pouvoir lire ce qu'ils veulent : c'est une liberté pour eux, pour tous.

Pierre-Alain nobi a dit…

Bravo Alice !

Andrée P. a dit…

Merci pour ce beau texte, vrai et émouvant.

Véronique Cauchy a dit…

Je partage ton coup de gueule.

Véronique Cauchy a dit…

Je partage ton coup de gueule.

Alexandra "fait et rit" a dit…

merci pour ton article ! et longue vie a la liberté de créer <3

Vivyane Veka a dit…

"Non mais !"
Bravo pour ce " haut et fort " !
Et par la même occasion : Joyeux Anniversaire : )

Raphaëlle a dit…

Bravo bravo et merci !! Et vive votre princesse !!

Alice a dit…


Merci merci plein pour votre soutien :-) Je me suis fait le plus discrète possible pour ne pas alimenter la discussion, mais ça m'a fait chaudissimo au coeur, vraiment.

Une merveilleuse St Valentin avec votre lover, qu'il soit princesse, chevalier, sirène, sorcière, dragon, ou ce que vous voulez.

Amour pour tous ♥

Emilie a dit…

Bon j'arrive bien tard et j'en profite pour m'excuser de passer si peu de temps chez toi en ce moment (mais j'ai toujours autant de plaisir à te lire !).
Alors :
1) bon anniv hyper hyper en retard
2) t'as raison de te fâcher, non à la censure et oui à l'ouverture d'esprit !
Mes élèves et moi on l'avait adoré ce petit livre et à l'occasion je le ressortirai, non mais !
Bises