Pages

vendredi 19 avril 2013

L'ABCédaire des Wondercollègues


Le conseil du jour nous vient tout droit d'Asie où Pascale Perrier est en train de se promener sous prétexte d'avoir remporté le prix Azimut. Shanghai... Jakarta... Kuala Lampur... Hanoï... Genre. Et elle a même fait un blog rien qu’exprès pour nous faire bisquer. Jalouse, moi ? Disons que je vais m'empresser de suivre son conseil. Surtout que je l'avais déjà lu ici. Excusez du peu. Et tant que j'y suis, je vais creuser la question avec son petit dernier sur le Bonheur. Ha... Jakarta. Happy Friday tout le monde !


H comme Horaires

C'est le risque quand on travaille à domicile : les horaires sont élastiques. Des avantages d'un côté, mais aussi des inconvénients de l'autre. Tiens, d'ailleurs je vais m'interrompre pour lancer une machine à laver le linge. Et puis, ouais allez je me laisse tenter pour aller boire un café chez la copine.
Seule recette pour éviter la dispersion : des horaires rigoureux.
Perso, c'est 7h30-16h30. Oui je sais, il faut se lever tôt, mais pas moyen de grappiller des minutes le soir. Alors je n'ai pas trop le choix. Porte du bureau fermée, j'oublie la vie de la famille et de la maison (enfin, j'essaie) : je suis AU TRAVAIL - même si c'est à la maison. 

3 commentaires:

Vivyane Veka a dit…

J'admire Pascale pour sa rigueur et sa ténacité ; c'est une auteure de caractère !
Mais même les enfants absents, la porte de l'atelier close et tout le reste de la maison oublié, comme évaporé, perso : c'est impossible. J'ai trop besoin de bouger, ça aide mon esprit à vagabonder puis à se recentrer.
Et oui, malheureusement, le risque est de se laisser happer par quelque occupation plus ménagère.
Difficile de trouver un juste équilibre...
Ah oui, difficile aussi de travailler le ventre vide ! D'ailleurs, je vais de ce pas faire ma pause déjeuner ; )
Merci pour tous ces bons conseils !

Alice a dit…


Je n'ai jamais réussi à m'isoler pour travailler, mais il faudrait il faudrait il faudrait... A chaque déménagement, je tente de m'installer mon espace à moi... et puis je n'y mets jamais les pieds. Je ne sais pas si c'est une habitude qui s'acquiert, ou si c'est juste comme ça.

Vivyane Veka a dit…

Je crois que aussi bien que comme il est nécessaire de s'accorder du temps, il est tout autant nécessaire de s'accorder un espace aussi petit soit-il ; l'important, c'est sûrement de ritualiser ces moments là ;