Pages

samedi 6 décembre 2008

Il faut réformer l'orthographe !

Youpi, quelqu'un a eu le courage de l'écrire haut et fort dans le Monde 2 d'hier ! Le monsieur, docteur en Lettres, agrégé de grammaire et ancien prof de fac, s'appelle André Chervel. Ses travaux semblent absolument passionnants, et je vais aller y voir de plus près... Je vous tiens au courant ^^ Voici en attendant un court extrait de l'article, vous pouvez aller le lire au complet ici.

Une fracture orthographique est apparue dans la société. Elle rappelle le fossé, au XIXe siècle, entre ceux qui connaissaient le latin et les autres. C'était une discipline de "luxe", qui avait une fonction de discrimination sociale. Au concours d'entrée des grandes écoles scientifiques comme Polytechnique, il y avait une version latine dont le seul rôle était de contrôler l'origine sociale des postulants, ou au moins leur volonté d'adaptation aux règles de la société bourgeoise. L'orthographe est, de la même façon, en train de devenir une pratique d'élite, et du même coup un handicap social pour ceux qui ne la maîtrisent pas et ne pourront plus accéder à un certain nombre d'emplois.

Depuis quelques années, on parle beaucoup d'un retour des fondamentaux à l'école. Mais s'il fallait réellement enseigner à tous l'orthographe actuelle, cela aurait un coût énorme, en efforts et en temps. Si l'on voulait vraiment revenir au niveau des années 1920-1950, il faudrait que les élèves y passent au moins une heure par jour pendant la majeure partie de leur scolarité. On serait alors obligé de renoncer à des enseignements modernes qui sont d'une importance majeure. Ce serait un non-sens.


Et merci à Hélène pour l'info ! ( Non pas toi Hélène, l'autre Hélène :-)

8 commentaires:

Lilie a dit…

Alors on va vraiment pouvoir faire des fautes ? Oh, se ceré drol men choète !

Alice a dit…

Mais non : il n'y aurait plus de faute(s) ! Finies les fautes ! Parties les fautes ! Disparues, pffffiout :-)

Comme en Italie, en fait, tout simplement.

Lilie a dit…

Ah bon ? y a pas d'orthographe codifiée en Italie ?!? Première nouvelle ! je suis vraiment nulle, je sais rien ! :-( En même temps mon chéri à moi, il est portugais, je suis incollable sur la cuisson de la morue ! ;-)

Alice a dit…

Si si, il y a une codification, mais en italie, toutes les lettres se prononcent : l'orthographe a suivi la prononciation en fait. Du coup, il est difficile de faire des fautes. Par exemple, ils arrêtent les dictées au CP parce que si l'enfant fait des fautes c'est qu'il a des problèmes d'audition, pas d'orthographe !

En France on a gardé dans la graphie des choses qu'on ne prononce plus depuis 800 ans, c'est absurde ! Et qu'on ne me dise pas qu'il s'agit de garder une mémoire de la langue : honnêtement, combien de gens savent que "chevaux" s'est bel et bien prononcé un jour chevaOUs ??

Lilie a dit…

Ah ok ! Vivement la réforme alors !

Hélène a dit…

J'aurais pu te la donner l'info! J'ai un livret avec des extraits de son livre à la maison. Je te le donne la prochaine fois.

lionel larchevêque a dit…

Très intéressant ! Je suis bien d'accord avec le discours sur le processus historique rompu et tout ça, en même temps, c'est fou, même si je suis favorable à une telle réforme, je ressens de la tristesse à l'idée qu'hypothèse deviendra ipotèse... Il y a une dimension esthétique et affective, je trouve, dans notre orthographe, une vraie beauté... C'est triste de penser que cette richesse soit devenue inaccessible pour une partie des gens. C'est vrai que c'est complexe, mais c'est aussi tellement plein de sens ! Que vont donner les poèmes de Mallarmé, par exemple, une fois passé dans ce filtre ?

Alice a dit…

En effet, ça fait un petit pincement au coeur, mais imagine que si on lisait Molière en VO on n'y comprendrait pas grand chose !! Le piquant de son art serait en tout cas très obscurci par un travail de déchiffrage préalable incontournable.

Notre culture est déjà toute pleine de ces modernisations qui ont justement permis à ces chefs d'oeuvres d'arriver jusqu'à nous...