Pages

dimanche 21 juin 2015

Germe d'idée #1


Merci merci pour vos participations ! Merci Arnaud, Éva, Bénédicte, Odile, Nadia, Clovis, Solène... Beaucoup de jolies choses vraiment :-) Et une spécial mention pour Clovis, le plus jeune participant du haut de ses 6 ans :
Et bien maman c'est pour pouvoir être un coeur quand il fait des bisous à un autre point d’interrogation (cuuuuuuute ^__^)
Certaines idées se croisent, c'est normal, mais on reconnait déjà les différentes pattes, c'est super et j'espère les retrouver au fil de vos écritures. Je ne pensais pas vraiment participer moi-même, mais il s'avère que l'idée a germé pendant qu'on était en rando cette après-midi... Donc why not ? Je vous la propose ici. C'est un 2e jet (le premier en voiture, puis ce soir à mon ordi), du in progress quoi... Mais je suis contente d'avoir une idée qui s'est développée, une idée un peu sauvage qui n'était pas commandée par un éditeur ou par qui que ce soit. On verra si la proposition de demain m"""""inspirera"""" aussi ! En attendant, belle soirée et je vous dis aux aurores demain !


Ça c'est pour situer ladite rando...

Le Point d’interrogation

Au royaume de la ponctuation,
Le point d’exclamation,
Fier et droit,
Faisait la loi :

« Je veux ! J’ordonne ! Je somme ! »

Et tout le monde apportait ses trésors.

Tous ses trésors ?

Non, une petite chose résistait,
Impossible à imposer :

« Aime-moi ! »
Ne fonctionnait pas.

Il insistait pourtant :
« Aime-moi, tout de suite, maintenant ! »

Impossible, vraiment,
Si bien que la phrase énervée
Lui claqua la porte au nez.

Le point d’exclamation en fut tout bousculé,
Et sa superbe crête se mit à décliner.

Mais à regarder en bas,
Il vit pour la première fois
Les mots qui se bousculaient,
Se chahutaient, se chamboulaient.

Tout un monde
D’où il sentait
Naitre des questions.

Il se prit à essayer :
« Est-ce que tu crois que tu pourrais m’aimer ? »

« Peut-être… » répondit la phrase d’après.

Le point fut ébahis,
Des promesses enfouies
Dans le creux de ces trois points.
Il se pencha encore un brin :

« Et est-ce que tu crois qu’on pourrait être ami ? »

« Mais oui. »

Et ce point
Ce point de rien,
Cachait plus de merveilles,
Que toutes ses vieilles richesses.

Depuis ce jour le point d’exclamation,
Est devenu celui de l’interrogation,
Et c’est avec toutes ses questions
Qu’il pêche les vrais trésors du monde.

Ne sais-tu pas que j’ai raison ?

... et ça c'est pour situer le moment où l'idée a germé.

(L'inspiration est assez rodarienne, pour ceux qui connaissent, et pour ceux qui ne connaissent pas, c'est le moment de découvrir... Vous trouverez quelques traductions de bibi ici ;-)

10 commentaires:

valy a dit…

Quelle belle histoire pour le point d'interrogation.

Mariiie a dit…

Merci pour cette histoire :-)

Agnès a dit…

C'est beau avec un point d'exclamation... non ? ;-)

Eva Chatelain a dit…

Magnifique !!!
Et j'adore la "Grammaire de l'imagination" de Rodari :)

Alice a dit…


Merci les filles !!! (avec plein de points d'exclamations que j'assume parfaitement ^_^)

J'espère que le nouveau sujet vous inspirera !

Nadia a dit…

La biere et la rando ont fait un beau boulot, merci d'avoir rodarisé avec nous

Bénédicte Cantele a dit…

Merci pour ce joli texte. La vie est belle avec des questions même si j'aime bien en avoir des réponses. Mais si l'on savait déjà tout, la vie serait déjà bien fade. Vive les questions et les points d'interrogation !

Solène Gaynecoetche a dit…

Oooooh c'est très beau j'adore! Est-ce que vous m'autorisez à le lire à mes élèves?

Odile Bignolais a dit…

Que c'est beau!

Alice a dit…

Bien sûr Solène ! peut-être leur demander d'abord leur propre version de l'histoire ^_^ ?

Merci à tou(te)s et bonne journée !