Pages

mercredi 10 octobre 2012

Ho !


Une petite histoire un chouia revancharde, parce que bon, hein, ho, y en a marre des poètes qui se la pètent, poil aux roupettes (pour la rime, juste pour la rime). Je ne donne pas de nom vu que je suis lâche éduquée mais les copines reconnaîtront ;-) Merci d'avoir été là !



La Poésie avec un grand P



Tu vois petit,
la Poésie avec un grand P   
c’est ce qu’on ne peut pas expliquer.

Mais l’enfant semble distrait.


Tu vois petit,
la Poésie avec un grand P
doit faire sentir le fond de ton être.
Il regarde par la fenêtre,


Tu vois petit,
la Poésie avec un grand P
ça rend seul aussi parfois…
L’oiseau qui passe,


Tu vois petit,
la Poésie avec un grand P
c’est ce qui dérange le bourgeois.
Dans les nuages.


Tu vois petit,
la Poésie avec un grand P
il faut qu’elle éclate dans le silence !
Pourquoi sont-ils si blancs ?


Tu vois petit,
la Poésie avec un grand P
c'est un peu la voix du corps…
Il faudrait voir dehors.



Tu vois petit,
la poésie avec un grand Prrrrrout

L'enfant aurait pu rire du grand pet du poète,
mais il s'est enfui à travers la fenêtre 
et y essaye ses nouvelles ailes.


C'est nul, mais ça soulage ^^

3 commentaires:

Sardine a dit…

Nul non ! Drôle !
Moi j'aime bien quand de temps en temps, on rabat le caquet des pédants. (Et je le dis pas que pour la rime :-)

Anonyme a dit…

:-) J'adore!

Hélène

Alice a dit…

Merci les filles !

Poil aux chevilles ^^

Et plein de bises,

Poil au ...?