Pages

lundi 22 août 2011

« Ce n’est pas pour les enfants »


Cette petite phrase, combien de fois je l'ai entendue, et combien de fois j'ai senti mes dents grincer furieusement ! Parce que, évidemment, elle s’applique systématiquement à des livres aux illustrations un peu trop audacieuses, à des films au discours un peu trop riche, à des expos qui refusent l’excuse du didactisme… En bref, à des œuvres un peu trop artistiques. L’idée qu'elle porte en elle, c’est que l’enfant a besoin d’images, de concepts, de situations simples, l’enfant a besoin de médiocre, le sublime c’est un truc de grand.

Eh bien non, non, et portnawak.

C’est non seulement faux, mais stupide et dangereux, à la limite du crime contre l’humanité. Si si. Parce que un enfant, justement, c’est de l’humanité en puissance. Les enfants sont de futurs adultes et les adultes de grands enfants… Il n’y a pas changement de nature : l’âge est une simple question de conjoncture tandis que l’art s’intéresse à ce qui nous structure. Nos ambitions, nos peurs, nos colères, restent fondamentalement les mêmes. Le fait d’être arrivé les premiers nous donne simplement (et provisoirement !) les rênes de la société, et donc la responsabilité de montrer aux nouveaux arrivants ce que l’Homme fait de mieux.

J’irais même un pas plus loin… Je crois que l’artiste est justement un enfant qui a refusé de grandir tout à fait : il ne veut pas se résigner au monde de ses aînés, il veut créer.

Pour tout ça, j’adore l’art, mais je l’aime encore plus accompagnée d’un enfant… Plus vivant qu’un audio-guide, et tellement tellement plus pertinent. Vraiment, il faudrait les louer à la billetterie pour ceux qui n’ont pas la chance d’en avoir un collé d’office aux baskets. L’enfant s’amuse, questionne, et s’amuse encore, sans se soucier du diktat culturel qu’on y met derrière. Pour cette biennale 54, ça n’a pas raté : chacun s’est éclaté. Et qu’on ne vienne pas m’objecter que les miens seraient de petits singes savants rodés à l’exercice. On avait embarqué pour la journée une copine de Zélie, et promis, elle n’a pas été la moins pénible à faire sortir !

Mais baste du blabla, voilà quelques images de cette nouvelle Biennale de Venise. Si vous le pouvez, courez-y, et sinon vengez-vous sur le FRAC du coin. Et surtout n’oubliez pas votre bambin, parce que vous l’aurez compris : l’art contemporain, c’est fait pile pour les enfants.



Commençons par le pavillon central, avec en preum's cette œuvre absolument géniale de Norma Jeane : donnez un gros cube de pâte-à-modeler, beaucoup de liberté, un peu de temps... Le résultat est impressionnant !



Et puis, dans ce même gros pavillon, d'autres rencontres amusantes, insolites, émouvantes...






Et dans les jardins, le défilé des nations... Voici le pavillon américain investi par Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla, avec notamment leur char pour faire du jogging et leur bancomat musical, les deux fonctionnant réellement. Drôlement (im)pertinent ^_^



Celui de la Russie, by Andrei Monastyrski, avec un fil qu'on tire, qu'on tire...


Le pavillon français avec Boltanski, et son jeu de la Chance : recomposez le visage et emportez l'œuvre d'art. On n'a pas gagné, mais on s'est bien amusé. C'est déjà une chance, non ?


Celui de la Tchécoslovaquie, avec cette "Sleeping City" de Dominik Lang terriblement poétique. Surtout que cela venait faire écho au Kundera que j'étais en train de lire... J'en ai encore des frissons de beauté rien qu'à y repenser...



Le pavillon coréen de Lee Yongbaek, où la douleur devient Technicolor... Et je vous laisse sur un éclat de rire. Moult bises :-)






16 commentaires:

zzzz a dit…

Yepaaaaaa ! C'est de la dynamite cet article ! J'adore.

Sabbio a dit…

(me suis fait manger mon com précédent :/)

Bon et bien je disais que je retrouve enfin ton blog après plusieurs semaines (déménagement oblige!) et que je te retrouve en Italie (forcément ;P) et, surtout égale à toi-même voir plus directe et engagée encore... pour mon plus grand plaisir!
Merci pour ce billet!

Mimi Rondelle a dit…

Pan, et vlan... et prend ça, et pis ça aussi... C'est tellement bien dit et tellement juste !

Sardine a dit…

Un bonheur à lire, à voir et à rire!
Merci Alice!

Marie-Laure A a dit…

Bien dit, bien pensé, bien écrit et bien raison de l'avoir partagé ! :) merci mdame !

Julien Daillère a dit…

Oui, les adultes qui tiennent tellement à ce qu'on prive les enfants de l'art et du potentiel de liberté qu'il déploie, ces adultes-là sont de dangereux dictateurs. Et sont aussi, malheureusement bien souvent, d'anciens enfants pareillement empêchés...

Régine JOSEPHINE a dit…

Je retrouve ce qui m'a tellement plu à la Biennale, et surtout ce qui a plu à ma fille. Ce que je regrette par contre, c'est que c'est la "dureté" de certaines oeuvres qui lui est restée en mémoire. Peut-être parce qu'elle a 13 ans et que c'est un passage extra sensible pour elle. Sinon, je partage entièrement ton point de vue ;-)

Nanou a dit…

En voilà des mots et des images qui donnent envie !! Merci !

sabrina bensalah a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
sabrina bensalah a dit…

Ton point de vue est parfaitement illustré!

Dorothée a dit…

Merci pour ces propos fort à propos, et pour le partage de ces quelques oeuvres qui forcément donnent envie d'en voir davantage !

Anonyme a dit…

ça fait du bien de te retrouver !!!!! ne change rien !!!

Seve a dit…

Ah oui ! Bravo et merci !

Alice a dit…

Zzzzz > *^_^* Et boum !

Sabbio > Ravie de te revoir ici !!! Ben tornata <3

Mimi > Et boum aussi ! C'est chouette de voir tous ces avis amis !

Sardine > C'est ce qui me plait le plus dans l'art contemporain : le rire...

Marie-Laure > Ravie que tu sois aussi d'accord !

Julien > Oui, l'homme est le plus souvent con par habitude...

Régine > L'art c'est un peu un miroir, on y voit ce qu'on y chercher, et c'est vrai qu'à 13 ans on prend conscience de tant et de tant de choses... C'est aussi ce qui fait de l'adolescence un âge si riche je trouve. J'adore les ados. J'ai hâte que les miens y soient aussi, même si ce n'est pas facile.

Nanou > Cool ! Et il y en a vraiment pour tous les gouts, c'est tellement grand...

Sabrina > Super (et dis, c'est chouette ce que tu fais !! Heureuse de la découverte...)

Dorothée > Oui à vivre c'est encore bien mieux !

Anonyme > Mère ?? C'est toi ??

Sève > Merci à toi !

Et des bises à tous :-)

xaverined a dit…

Miam! 4 places pour Venise, siouplaît!
Merci pour ce texte qui résonne très fort, pas le temps d'en dire plus je boucle mes valises...à bientôt sur Tandem!

sabrina bensalah a dit…

Merci Alice, je suis flattée !