mardi 30 août 2011

Oyez oyez !


A l'occasion de la sortie de Perdu ! aux éditions MeMo, Olivier organise une expo de ses originaux à L'Atelier d'en face, dans le 20e, métro Jourdain, du 8 au 25 septembre. Vous êtes toutes et tous cordialement invités au vernissage le samedi 17 septembre. Alors hop, on sort l'agenda tout neuf ! Avec au programme :

- 14h/15h
> démonstration de gravure sur bois

- 15h/19h
> impression de la gravure par le public
> dédicaces de Gérald Auclin,
Martes Bathori et Yoann Constantin
des éditions The Hoochie Coochie
> dédicace d’Olivier Philipponneau
> lectures publiques

Pour les veinards qui passeront par-là, bizouter bien tout le monde de ma part ! Ce jour-là, moi, je serai en vol pour la Californie, mais si on passe sur Paris (allez savoir, l'aéronautique est une science encore plus mystérieuse que la géographie) je vous ferai un petit coucou promis ^_^

Un peu de rab de voyage...


Et voilà. L'été est fini. Bye bye l'Italie et ses 35° et re-hello l'Irlande, les gros pulls et le nez qui pique. Atchoum. Mais nooon, je grogne juste pour le principe, parce que en vrai je suis ravie... Ravie de retrouver les copains et le traintrain : les repas, en famille, entre amis, le violon, la guitare, les soirées pyjamas, et tout ça quoi. Bref, c'est chouette de se sentir chez soi :-)

Et puis des tas de bonnes surprises m'attendaient au retour : une maison nickellement rangée par notre ultime invitée (merci Elo !), des muffins faits maison dans le frigo (merci Sandy !), et puis du courrier, et puis des colis (merci Olivier !)... Notamment, mon petit Pissenlit que j'aime d'amour et que je vous présenterai très bientôt vite promis. Et puis en surprise, cette Chauve-souris et l'étoile, l'un de mes tout tout tout premier livre, illustré par la brillante Delphine Brantus, qui vient d'être traduit en thaïlandais. Alors voici un mini bout : la traduction de "Pipi de vers de terre"... Un incontournable de toute bonne conversation qui se respecte ^_^


Happy mardi !

jeudi 25 août 2011

Peintre à venir !



Vous souvenez-vous de mon petit Peintre des drapeaux ? Je vous l'avais présenté ici il y a bien bien longtemps... Quasi en même temps, je l'avais proposé à Clément Lefèvre dont j'adore le travail, et notamment son Déserteur. Clément m'avait dit oui et nous avions alors proposé le projet à Sophie des éditions Frimousse, puisque nous y sommes tous deux publiés. Et re-oui !! Inutile de dire que j'étais ravie :-) Et puis le temps passe, Clément travaille beaucoup, évolue, change d'envies... Le vie quoi... C'est normal, et c'est tant pis... Et après tout, c'est un peu tant mieux aussi, puisque du coup je l'ai proposé à Olivier qui m'a à son tour dit oui et m'a de suite envoyé ces croquis... Je vous en mets un petit bout, miam, avec un morceau de chemin-de-fer pour le dessert :


Ainsi donc, après Zébulon, qui se trace une jolie petite route, après Perdu ! qui débarquera en septembre aux éditions MeMo, je suis ravie ravie de partir pour cette troisième aventure ! Merci à tous, Olivier, Sophie, Clément, de me prêter ainsi un peu de votre temps... Merci merci, et mille youpis !

mardi 23 août 2011

5 bonnes raisons d'étudier la littérature jeunesse...


Sans doutes connaissez-vous déjà, mais au cas où, je vous conseille vivement d'aller y traîner un œil parce que ça vaut le coup. Ce qu'il s'y dit est toujours juste, drôle, et intelligent. Or là, en ces jours de chaleurs milanaises, alors que je profite outrageusement de la présence des grands-parents pour avancer à pas de fourmi sur ma thèse, voilà que je tombe sur ça, et que franchement ça fait du bien :

A broder sur mes rideaux, tiens, quand j'aurai le temps, et quand j'aurai des rideaux accessoirement. Un grand merci Clémentine, et si un jour tu changes d'avis, moi j'aimerais quand même bien le lire, ce gros livres plein de concepts et de définition ;-)

ARBRE :
Lente explosion d'une graine.



(Images & mots de Bruno Munari... Bon mardi :-)

lundi 22 août 2011

« Ce n’est pas pour les enfants »


Cette petite phrase, combien de fois je l'ai entendue, et combien de fois j'ai senti mes dents grincer furieusement ! Parce que, évidemment, elle s’applique systématiquement à des livres aux illustrations un peu trop audacieuses, à des films au discours un peu trop riche, à des expos qui refusent l’excuse du didactisme… En bref, à des œuvres un peu trop artistiques. L’idée qu'elle porte en elle, c’est que l’enfant a besoin d’images, de concepts, de situations simples, l’enfant a besoin de médiocre, le sublime c’est un truc de grand.

Eh bien non, non, et portnawak.

C’est non seulement faux, mais stupide et dangereux, à la limite du crime contre l’humanité. Si si. Parce que un enfant, justement, c’est de l’humanité en puissance. Les enfants sont de futurs adultes et les adultes de grands enfants… Il n’y a pas changement de nature : l’âge est une simple question de conjoncture tandis que l’art s’intéresse à ce qui nous structure. Nos ambitions, nos peurs, nos colères, restent fondamentalement les mêmes. Le fait d’être arrivé les premiers nous donne simplement (et provisoirement !) les rênes de la société, et donc la responsabilité de montrer aux nouveaux arrivants ce que l’Homme fait de mieux.

J’irais même un pas plus loin… Je crois que l’artiste est justement un enfant qui a refusé de grandir tout à fait : il ne veut pas se résigner au monde de ses aînés, il veut créer.

Pour tout ça, j’adore l’art, mais je l’aime encore plus accompagnée d’un enfant… Plus vivant qu’un audio-guide, et tellement tellement plus pertinent. Vraiment, il faudrait les louer à la billetterie pour ceux qui n’ont pas la chance d’en avoir un collé d’office aux baskets. L’enfant s’amuse, questionne, et s’amuse encore, sans se soucier du diktat culturel qu’on y met derrière. Pour cette biennale 54, ça n’a pas raté : chacun s’est éclaté. Et qu’on ne vienne pas m’objecter que les miens seraient de petits singes savants rodés à l’exercice. On avait embarqué pour la journée une copine de Zélie, et promis, elle n’a pas été la moins pénible à faire sortir !

Mais baste du blabla, voilà quelques images de cette nouvelle Biennale de Venise. Si vous le pouvez, courez-y, et sinon vengez-vous sur le FRAC du coin. Et surtout n’oubliez pas votre bambin, parce que vous l’aurez compris : l’art contemporain, c’est fait pile pour les enfants.



Commençons par le pavillon central, avec en preum's cette œuvre absolument géniale de Norma Jeane : donnez un gros cube de pâte-à-modeler, beaucoup de liberté, un peu de temps... Le résultat est impressionnant !



Et puis, dans ce même gros pavillon, d'autres rencontres amusantes, insolites, émouvantes...






Et dans les jardins, le défilé des nations... Voici le pavillon américain investi par Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla, avec notamment leur char pour faire du jogging et leur bancomat musical, les deux fonctionnant réellement. Drôlement (im)pertinent ^_^



Celui de la Russie, by Andrei Monastyrski, avec un fil qu'on tire, qu'on tire...


Le pavillon français avec Boltanski, et son jeu de la Chance : recomposez le visage et emportez l'œuvre d'art. On n'a pas gagné, mais on s'est bien amusé. C'est déjà une chance, non ?


Celui de la Tchécoslovaquie, avec cette "Sleeping City" de Dominik Lang terriblement poétique. Surtout que cela venait faire écho au Kundera que j'étais en train de lire... J'en ai encore des frissons de beauté rien qu'à y repenser...



Le pavillon coréen de Lee Yongbaek, où la douleur devient Technicolor... Et je vous laisse sur un éclat de rire. Moult bises :-)






vendredi 19 août 2011

Quand la sérénissime s'affole...


Pays des Doges, des lions de bronze et des gondoles, Venise c'est aussi tous les deux ans la ville des plus folles déglingueries de l'art contemporain. Et moi j'adore ^_^ Cette année, au programme notamment Maurizio Cattelan, l'un de mes chouchous absolus, et en invité du pavillon français, le grand Boltanski. Miam. J'y file pour le weekend, je vous raconterai si ça vous dit...

Des bises et à lundi !

La photo présente un bout de l'installation de Joana Vasconcelos au Palazzo Grassi.

jeudi 18 août 2011

Dernières mailles...


Ouch ! J'ai les yeux en feu, les vertèbres en vrac et la tête en pastèque, mais voilà une bonne chose de faite ! Il s'agissait d'apporter les dernières retouches à mon nouveau roman, Dentelles amères, écrit dans le cadre de la résidence d'écriture à Argentan... Mon comité de jeunes lecteurs des collèges Truffaut et Rostand m'avaient fait moult petites remarques fort pertinentes, mais il me fallait trouver le temps de les intégrer. Voilà que c'est fait ! Maintenant le bébé est prêt à être envoyer pour trouver l'éditeur qui fera de lui un vrai livre de papier. Si vous avez quelques doigts de disponibles, je veux bien que vous nous les croisiez une minute ou deux. D'avance merci ! Je file fêter ça à la Moretti, tchin tchin, et tournée de bises :-)

La photo, de Maraini Fosco, date de 1970, et je l'ai choisie parce que je la trouve belle, d'abord, et parce que le bouquin cause de dentelles et d'araignées, ensuite... Voili voilou, vous savez tout !

mercredi 17 août 2011

Un pissenlit dans la ville ?


Alors alors ? Vous l'avez vu ? Lu ? Vous a-t-il plu ? J'ai hâte d'avoir quelques uns de vos avis ^_^

Mais déjà, je suis super contente et méga ravie de lire que notre petit Pissenlit est coup de cœur Fnac... et quel commentaire ! Cher vendeur anonyme, mille mercis ! Je cite et je rougis :

Toujours délicieusement inspirée, la brillante Alice Brière-Haquet signe ici un scénario poétique digne d’une fable, pour dire la puissance des rêves, mais aussi celle de la filiation, de ce qui fait une vie accomplie et le jalon formidable que représente la moindre des existences. Une merveilleuse histoire aux images labyrinthiques signées par la talentueuse Lydie Sabourin, et cultivant tout autant le questionnement par leurs magies ludiques et surréelles. Un album idéal à l’écriture charmeuse pour questionner les plus jeunes, et faire fructifier leur insatiable curiosité que leurs envient leurs aînés. Album accessible dès 3 ans.

Ça fait super plaisir... De quoi (presque) tromper mon impatience à le voir moi aussi en vrai... J'espère fort fort que mes exemplairs d'auteur m'attendront à mon retour à Dublin. Neuf jours encore ! Pour en savoir plus, il y a le communiqué de presse ici, ou directement le livre . A très bientôt :-)

mardi 16 août 2011

Tous à pois !


Hé hé, bande d'esprits mal tournés, auriez-vous ajouté quelque "L" à mon titre ? Mais non, ce n'est pas le moment du bain de minuit, ni même du bikini... Au contraire, aujourd'hui amorce mon premier pas vers la rentrée : me voili de retour à Milan devant mon fidèle Mac et ma pile de projets. Et notamment, celui du Projet Tandem, avec une chouette de chouette nouvelle qui m'attendait pour mon retour sur le net... Celui du thème qui sera... Roulement de tambours...


Ou roulement de petits pois... Nous aurons cette année des histoires à pois ! C'est un sujet que j'adore, à la fois original et large... Merci Ln de l'avoir proposé ! J'ai hâte de voir les propositions des illustrateurs le 11 septembre. Mais pour patienter, rien de tel que de cogiter, et quelques idées commencent à germer. J'espère pouvoir rapidement vous les présenter...

Et sinon, dans ma boîte mail, beaucoup beaucoup de boulot pour ce prochain automne, mais on ne va pas songer à s'en plaindre, hein ! D'autant plus que la vendange s'annonce riche de livres par moi trèèès attendus qui vont venir compléter le cru 2011. Comptez sur moi pour venir le crier sur les e-toits le moment venu ;-)

Tournée de bises et de baci, et à tous très beau mardi !

mardi 2 août 2011

Juste...

... pour vous signaler que Morgan parle de notre Mademoiselle Tricotin, à Célia et moi, et que, comme toujours, c'est fou comme elle en parle bien... Grand merci madame, et passe un bel été plein de livres et de sable :-)