vendredi 28 août 2009

Deux mercis en passant :-)


Un premier merci à la librairie Vaux Livres pour leur jolie petite critique super sensible :
Un superbe texte poétique qui décrit la vie d'un épouvantail, de sa naissance à sa mort (mais un épouvantail meurt-il vraiment ?) après avoir vécu les saisons d'une année. Une vie à observer, passif, jusqu'au jour où l'épouvantail pourra participer plus activement à la vie qui l'entoure...

Et un autre merci à Angélique pour avoir mis l'épouvantail dans ses coups de cœur de l'été aux côtés de voisins super-chouettes-méga-biens... J'en suis toute flattée ^^

jeudi 27 août 2009

Un cadeau qui sent le roussi ^^

De maille en maille, de rang en rang, Elise avance sur notre projet Rouge ! dont la sortie est prévue pour 2010 aux éditions Møtus ... Voici donc une image toute neuve toute belle, fraîchement débarquée de la Norvège dans ma boite mail ! Perso, j'adoooore... Je trouve ça à la fois graphique et complice pour le jeune lecteur. Merci la miss !

mercredi 26 août 2009

Nouveau projet : Les ciels d'Eugène...

La plage de Tourgeville, Eugène Boudin, 1893

Je viens de nouveau à la pêche aux conseils (Rappelez-moi de vous offrir le resto quand je serai devenue riche :-) Donc : Je suis en train de réfléchir à des petites histoires autour de grands noms de l'histoire des arts, un peu dans la suite de Mademoiselle C sur Camille Claudel. J'ai essayé d'écrire quelque chose sur Eugène Boudin, le maître de Monet, celui que Corot appelait "Le roi des ciels", et accessoirement mon arrière grand-oncle d'après ce qui se dit dans la famille ^^ Sauf que voilà, je ne suis pas trop contente du résultat : ça me semble surtout un peu long... Je veux bien vos avis et, éventuellement, vos suggestions ! D'avance merci.

Les ciels d’Eugène

Eugène se promène
Sur les bords de la mer
Les rêves en bandoulière
Il observe le ciel.

Il cherche et cherche
Sans cesse
La tête toute de travers

Mais qu’est-ce qu’il attend
Toujours le nez au vent ?

Espère-t-il reconnaître
Dans un des plis du ciel

Une bête à trois pattes
Ou un vague visage de femme ?

Non non pas du tout
Eugène ne cherche pas :
Des images de trois sous
Il observe les nuages
Et c’est déjà beaucoup.

Immenses et fragiles
Couchés sur l’infini.

Petits et légers
En tresses mal serrées.

Large et opaque
Pesant de toute leur masse.

Depuis qu’il est petit
Ils sont un peu amis…

Eugène voit que le gris
A un air un peu triste

Il s’éblouit du blanc
De son éclat violent

Il soupèse leur poids
Il invente leurs lois


Il voit les nuages
Pour ce qu’ils sont vraiment
C’est déjà pas mal !
Ce n’est pas tout pourtant :

Il lui arrive parfois
De regarder en bas
Mais la tête reste de travers
Pleine d’air et de rêve

La campagne avec ses champs
Souffle et vente doucement

Les pelages de ses vaches
S’enroulent comme des tornades

Et à la plage, sur le sable,
Les robes forment des flaques

Tandis qu’au milieu
Entre deux cieux
Des voiles de navire
Nous invite à partir

Eugène écoute ainsi
La vie qui palpite
Celle qui vibre
Qui chavire
Et alors il la fixe
Dans sa peinture à huile.

Mais ce n’est pas fini !

Ça ne fait même que commencer…

Parce qu’en regardant de prés
On voit les traits trembler.

Et quand arrive la nuit
Que petit à petit
Le musée se vide

Il se passe un truc étrange
Les nuages reprennent leur danse
Et tous entrent dans la ronde
Les jupes, les blés, les ponts
Et les bateaux légers sur l’horizon

Alors quand le matin
La lumière revient

Il arrive qu’un nuage
Ne soit plus bien à sa place.

Mais il faudrait
Pour le remarquer

Le regard d’un Eugène
Le cœur en l’air
Qui sans tricher
Qui sans peser
Ne prend pas à la légère
Les nuages et leur mystère.

lundi 24 août 2009

Manon est finie !!


Enfin, dans sa première version, évidemment, elle attend vos avis pour s'améliorer ^^ Vos propositions de relire le manuscrit m'ont super boostée, mille mercis ! Mais j'avoue que je commence aussi à stresser : j'espère que vous ne serez pas déçus :-( Dans tous les cas, vous n'êtes pas obligés de finir, vraiment ! Je joins aux manuscrits quelques recommandations pour la relecture. Si ça ne vous intéresse pas, vous pourrez toujours en faire une jolie cocotte en papier... On n'a jamais trop de cocotte chez soi. Bon, je m'en vais supplier mon chéri de faire les photocopies, et je vous les envoie mercredi. Encore merci !

La jolie demoiselle curieuse ci-dessus est Psyché, l'amoureuse de Cupidon. Elle a un petit rôle dans l'histoire ^^ Le tableau a été peint par le préraphaélite John William Waterhouse en 1903.

dimanche 23 août 2009

Encore un peu de thé ?

Elle est journaliste de choc, auteur de talent, excellente jardiniéreuse, mais aussi vendeuse de nougat ou championne de France de monoski à l'occasion, et je la remercie bien bas pour ce nouveau blog award dont je suis fort fort flattée ^^


Du coup, je vous invite tous à partager ce petit thé en allant feuilleter quelques pages de son blog Graînes de mômes. C'est rafraîchissant. Merci Gwendoline !

vendredi 21 août 2009

Une chauve-souris dans le jardin ^^


C'est une photo que j'ai prise juste avant de partir, le jour où j'ai reçu le premier exemplaire de La Chauve-souris et l'étoile qui sortira en septembre aux éditions Auzou. Lisa ma "petite" ( N'allez pas lui répéter que j'ai utilisé cet adjectif : elle a trois ans quand même, non mais ho, c'est beaucoup ! ), bref, Lisa fait la lecture à ses deux cousines : la grande Clotilde à sa gauche et la petite Bérénice à sa droite (Là on a le droit : elle n'a même pas deux ans, et pour les "grandes" même pas deux ans c'est un peu bébé quand même.). Le livre a eu l'air de leur plaire, et pour ma part, je suis super contente du résultat : le papier est très beau et les couleurs sont magnifiques ! Merci à Delphine pour la qualité des illustrations, et merci à Florence pour le reste !

Et puis, si vous permettez, j'en profite pour envoyer quelques bisous aux pitchounes ci-dessus qui sont en train d'emménager à l'autre bout de la France... Caen va nous paraître bien vide à notre retour :-(

mercredi 19 août 2009

I need YOU !


Oui oui, toi ! Bonne âme qui passe par là, désœuvrée, ou un peu maso... Je suis en train de finir mon premier roman Manon Papillon. Il me manque encore quelques jours de travail avant d'atteindre les 250 000 signes réglementaires pour participer au concours organisé par Michel Lafon. Je suis intimementissimement convaincue de la nécessité d'un regard extérieur sur ce que j'écrivouille. Sauf que voilà, mon comité de lecture préféré a déjà été mis à contribution sur une première version du roman, beaucoup plus courte, et j'aurais aimé avoir un oeil tout à fait neuf pour l'occasion. Histoire de voir au moins si l'effet de suspense fonctionne... Et puis, il me faudrait ces remarques vite vite, disons avant le 20 septembre, histoire d'avoir quelques jours pour effectuer les modifs... Oui j'en demande beaucoup, je sais, mais au cas où :-/ Alors : y a-t-il des volontaires dans la salle ? J'offre tout un paquet de Carambars pour l'occasion, si si, et puis toute ma reconnaissance aussi, soyons fou !

L'histoire ? C'est celle d'une petite fille pas tout à fait comme les autres... Manon a été trouvée à la lisière d'un bois par un jour de froid terrible. On l'adore ou on la hait, on la surveille ou on la traque... En tous cas, ses immenses yeux rouges ne laissent personne indifférent...

vendredi 7 août 2009

Saluti a tutti !

Un petit coucou pour tous du pays où tout est beau, bon et bien... Si si, et si vous ne me croyez pas, hé bien, il faut viendre ^^ Et j'en profite pour mettre une toute petite fable d'un grand poète d'ici : Après la pluie de Gianni Rodari.


Dopo la pioggia
Dopo la pioggia viene il sereno,
brilla in cielo l'arcobaleno:
è come un ponte imbandierato
e il sole vi passa, festeggiato.
È bello guardare a naso in su
le sue bandiere rosse e blu.
Però lo si vede - questo è il male -
soltanto dopo il temporale.

Non sarebbe più conveniente

il temporale non farlo per niente?
Un arcobaleno senza tempesta,
questa sì che sarebbe una festa.

Sarebbe una festa per tutta la terra
fare la pace prima della guerra.


Après la pluie
Après la pluie vient le beau temps
L’arc-en-ciel brille dans le ciel
C’est comme un pont tout décoré
Où le soleil passe se faire acclamer.
C’est beau de lever les yeux
Sur ses drapeaux rouges et bleus.
Par contre on ne le voit – et c’est là le problème
Seulement qu’après une tempête.
Est-ce que ça ne serait pas plus sage
De ne pas faire du tout d’orage ?
Un arc-en-ciel sans tempête
Ça ce serait vraiment la fête.
Ce serait une fête pour toute la terre
De faire la paix avant la guerre.


Il y a quelques années, on trouvait ce drapeau absolument partout en Italie... Aujourd'hui il y en a encore quelques uns... malheureusement ! Bises encore :-)

samedi 1 août 2009

Bon voyage Amélie !


Contre tous mes principes, le dossier est parti pendant le week-end et alors que je ne suis pas là les jours suivants... Mais justement : c'est que je me sauve ce soir pour un mois en Italie, et attendre la rentrée, c'est trooooop looooong... Alors, au diable les principes ! Non mais ho, c'est qui qui décide ? Hein ? Ho. Bon. Fi des superstitions ! Mais on peut croiser les doigt quand même, ça ne peut pas faire de mal ;-)

Sinon, j'aurais une connexion pour lire mes mails de temps en temps, mais je serai moins présente. Alors bonnes vacances, bises à tous et soyez sages ^^